Dear Inhabitants of the so-called Free World

I am not a political analyst or journalist, I am not even American. I am just your regular work-at-home mom intermittent blogger. You might think the American elections are none of my business. But I had to share this: I want a better world for my son, and it’s starting to look really bad.

I bet you woke this morning to find messages of grief, horror and fear on your favourite social network’s timeline.

A majority of people in the United States of America, who like to call their President « the leader of the free world », have decided that Donald Trump (out of 324 millions citizens) was the most qualified and worthy person to lead us.

Like many of my friends, I was concerned, to say the least. All day, my mind was full of questions:

  •  When and where is he going to start America’s next war?
  • If I come visit my American friends, am I safe as a woman, I mean is he going to legalize p***y grabbing?
  • Will same-sex spouses have to be « un-married »?
  • Why are the markets plummetting already, are we heading towards a deeper recession?
  • How is he planning to build that wall, if he expells all illegal immigrants, would he suddenly agree to pay fair wages and benefits to his workers?

Then I tried to pull myself together. You have to be realistic. Trump decided to go into politics, so he told people what they wanted to hear. He is not the first populist to get elected. While it’s frightening that so many Americans wanted to hear that, we can reasonably hope that all he said during his campaign will remain empty promises. Those who voted for Trump, believing the man would shake the system and give them a better life, will likely  be disappointed in the next four years.

Nevertheless, I spent the day in shock. Actually, I even drank soda (which, as my friend will tell you, I only do when in a state of utter despair and disgust at the world).

It affects us all, inhabitants of the free world. Today has blatantly shown us there was no longer such a thing as a free world.

We can only be free if we are able to analyse our leaders’ discourse with a critical and informed mind. Human beings want to understand the world. We have always wanted that. But most of us, including myself, are no longer able to make sense of what is happening. We are constantly flooded by contradictory information, sensational images, breaking news that will be forgotten in a few days, advertisments on the most recent crucial things to buy, new people to idolize, new people to fear and hate. No wonder so many have become shallow and cynical about the world, or are loooking to ideologies providing ready-made answers.

We can only be free if we have power over the decisions affecting our lives. I never voted to send soldiers and guns and bombs to foreign countries. I don’t want to support an agriculture that is poisoning us, depleting our soils and harming sentient beings. I have never agreed for my tax money to be used to bail out banks or to give tax reliefs to companies delocalising to countries where workers are « less demanding ». But all of this is happening. Who I voted for doesn’t matter, because every single politician in the « free » world is either unwilling or unable to change the system. The ideology that governs us all is about making money, nevermind who or what gets crushed in the process.

We can only be free if we have the time, resources and will to think about what we want for the future. Only very priviledged people are in that position. Most are too busy making ends meet, worrying about surviving in an ever scarier world, battling against the anxiety and depression that our system is spreading. That « free » world we live in doesn’t give us the opportunity to think freely.

So, Trump is our leader now. Let’s hope he doesn’t cause too much damages. Other leaders of the free world will pretend for a while that they are shocked at America’s choice, because that is what their voters will want to hear. Then they will congratulate Trump for his victory in the name of our countries, and continue to negociate their secret trade agreements like nothing happened. Because you have to be realistic, right?

Or have you?

Trump is not my leader. He is the leader of a system I am unhappy with, a system I want to change. We don’t vote once every four years. We vote everyday. With our wallet. With the media we chose to listen to. With the information we seek about things that impact our health and environment. With the way we educate our children. With the way we relate to our neighbours. With the way we respect those different from us.With the way we protect the weaker or less lucky members of our communities.

Right now, where are so many people around the world who are think about different ways to change our society. People who eat and buy locally. People who start independant media. Unschoolers. Cities in transition movement. Earthship builders. Hippies in yurts. Non-violent communication movement. Permaculture. Meditation. People who free our public space from advertising. Alternative schools. Crunchy mommies. People who start vegetable gardens. Zero Wasters. People who make political documentaries and videos for Youtube. Repair Cafés. Freecyclers. Annoying judgemental vegans (I am not. Yet. But they are right.)… so many others I have not heard of yet.

If you are infuriated with the election’s results, please see this as our chance. If you think a system where a Trump gets elected is seriously flawed, find ways to stop supporting that system. Stop the noise of mainstream media. Have a nice cup of local herbal tea (or micro-brewery made IPA). Look into the alternatives. They don’t provide ready-made answers to the woes of the world, and none are perfect by themselves. Look into what appeals the most to you, and start from there.

I am not sure if we will achieve a deep change in our lifetime. But I want to be able to look my son in the eyes, in a long time from now, and say :

I tried.

 

Pourquoi notre fils n’est pas scolarisé

Comme c’est la rentrée pour beaucoup, j’ai pensé que c’était l’occasion de vous parler de notre choix de ne pas scolariser N. Commençons par affirmer que cet article n’est pas du tout contre les familles qui envoient leurs enfants à l’école. Il en existe de très chouettes. Il y a des profs super (dont plusieurs dans ma famille) et des enfants qui s’épanouissent à l’école (j’en faisais partie et l’Homme aussi).  

Je pense que la non-scolarisation, qui peut prendre plusieurs formes (de l’école à la maison au unschooling), est une forme d’éducation intéressante en général, et plus encore dans notre cas de famille expatriée. Notre fils a trois ans et demi, et on nous demande régulièrement pourquoi il ne va pas à l’école ou en « nursery ».

Voici quelques-unes de nos raisons, et des liens vers les articles qui ont orienté notre choix.

Parce qu’on veut qu’il puisse jouer

Librement. Et beaucoup.

De plus en plus de spécialistes appellent à remettre le jeu au centre de l’enfance. On ne parle pas ici d’activités ludiques d’apprentissage mais bien du jeu libre, où l’enfant est immergé dans son propre monde et invente ses activités.

Pour diverses raisons, le jeu non-structuré devient chose rare. On en parle surtout aux États-Unis où le temps passé à jouer a drastiquement diminué au profit d’activités plus « académiques », visant à stimuler les enfants et à leur faire prendre de l’avance. Certaines écoles vont jusqu’à réduire ou supprimer les récréations en maternelle et en primaire pour se concentrer sur le programme. Certes, à cinq ans, les enfants savent lire et écrire. Mais des professeurs expérimentés s’alarment de voir que les enfants sont de plus en plus stressés, maladroits, impulsifs. Ils montrent moins d’imagination et de maturité émotionnelle que les enfants des générations précédentes. (article en anglais)

Des enfants de mon entourage fréquentent des écoles qui suivent le programme britannique ou américain à Abu Dhabi. Avant d’être acceptés dans leur école, ils ont dû passer une évaluation (et l’ont parfois ratée, comme ma petite voisine). Les journées commencent tôt et les récréations sont très réduites. Ils reviennent fatigués et ramènent parfois des devoirs. On parle d’enfants de quatre ou cinq ans.

Les jeunes enfants que je connais n’ont plus beaucoup de temps ni d’énergie pour jouer, alors que le jeu libre permet de développer des qualités comme la créativité, l’autonomie de la confiance en soi. (article en français)

Nous pensons que ces qualités-là, justement, seront de plus en plus valorisées à l’avenir. Nous préférons donc le laisser jouer et remettre l’apprentissage des chiffres et des lettres à plus tard !

Parce qu’on veut qu’il apprenne à son rythme

Petit exemple. Il y a environ un an, j’ai acheté des perles à enfiler pour N. Il avait l’âge indiqué sur l’emballage et je voulais l’aider à développer sa motricité fine. Fiasco total : il n’arrivait pas à enfiler les perles et était bien plus intéressé par une autre propriété des perles : ça roule… de préférence en dessous des meubles et des fauteuils! Comme j’en avais assez de marcher sur de grosses perles en bois partout dans l’appartement, je les ai mises de côté, déçue et inquiète. Manquait-il de stimulation ? Était-il en retard par rapport aux enfants de son âge ?

Il y a six mois, il a redemandé les perles, a facilement enfilé tout un collier et a même trié les perles par couleur quand je le lui ai demandé. Je n’ai rien fait à part l’emmener jouer au parc et à la plage. Il joue beaucoup à insérer des morceaux de bois dans des petits trous, à faire des brochettes de feuilles, à lancer des cailloux. Des jeux qui me semblent ennuyeux et peu stimulants, mais il ne s’en lasse pas. Et comme par miracle, il a développé tout seul sa motricité fine !

Ce n’est pas facile pour moi j’avoue, car j’aimerais qu’il dessine ou qu’il participe aux activités de son playgroup. Mais ça ne l’intéresse pas pour le moment, et j’ai la liberté de lâcher prise et de lui faire confiance. Cela serait beaucoup plus difficile pour un(e) prof qui a un programme à suivre, ou qui veut avoir un résultat à montrer aux parents à la fin de la journée d’école (chèrement payée à Abu Dhabi).

Parce qu’on veut éviter une formation académique précoce

Plus je lis d’articles et de livres sur les apprentissages des jeunes enfants, plus je suis convaincue que « le plus tôt n’est pas le mieux », et qu’il faut attendre le bon moment pour apprendre à lire et à compter à un enfant. C’est quoi, le bon moment ? Pour moi, dans l’idéal, ça serait quand l’enfant demande à apprendre. Cela voudrait dire qu’il a mis en place les bases intellectuelles lui permettant d’aborder cet apprentissage. (article très complet et intéressant en français ici)

Des études semblent montrer que la plupart des enfants sont intellectuellement prêts à apprendre à lire vers l’âge de sept ans, et que les enfants qui commencent les apprentissages académiques à cet âge-là sont légèrement avantagés par rapport à ceux qui commencent à cinq ans. (article en anglais).

Mais ici, dans la majorité des écoles, les enfants commencent les apprentissages académiques en maternelle, vers quatre ans. Une école britannique a conseillé à mes voisins de faire évaluer leur fille par un spécialiste, soupçonnant un trouble de l’attention parce qu’elle ne veut pas rester assise et suivre les leçons. C’est une gamine brillante, qui parle très bien sa langue maternelle et qui a appris l’anglais en quelques mois. Mais à cinq ans, la voilà labellisée comme ayant des difficultés à s’adapter.

 

Et si c’était le programme qui n’était pas adapté ? Sans nier l’existence du trouble TDAH, je trouve intéressant que le fait de repousser l’entrée à l’école d’un an réduise l’hyperactivité et l’inattention de 73 % chez les enfants, en particulier chez les garçons. (article en anglais)

Parce qu’on veut le socialiser en douceur

N. est de nature sociable et va spontanément vers toutes sortes de personnes. Si on est au parc, je peux m’asseoir sur un banc et il peut jouer indépendamment pendant de longues périodes. Il est très attaché à ses proches et ne les oublie pas même s’il ne les a pas vus depuis plusieurs mois.

Il commence à jouer avec plaisir avec les enfants qu’il connaît.

Par contre, il a tendance à se sentir dépassé dans un grand groupe d’enfants. Il devient nerveux et son comportement s’en ressent très vite. Comme je ne suis jamais loin, je peux intervenir pour le calmer, lui rappeler les règles, voire quitter les lieux si la situation dégénère. Je pense que son comportement social va continuer à s’améliorer avec l’âge, et je ne vois pas de raison de brusquer les choses pour le moment.

Parce qu’on veut le préparer le mieux possible au monde de demain

Et comment sera le monde de demain ?

Certains estiment que 60 % des métiers du futur n’ont pas encore été inventés. Aurons-nous un futur high-tech, des entreprises de télétravailleurs sans hiérarchie, des robots, des voitures qui volent ?

D’autres pensent que la fin des énergies fossiles et le changement climatique causeront des guerres, des catastrophes écologiques, des crises économiques et qu’on reviendra à l’âge de pierre. On peut penser, comme ma grand-mère adorée, « qu’ils » inventeront « quelque chose » pour régler tout ça et que tout continuera comme avant. Ou on peut essayer de construire sa résilience, par exemple via les initiatives des villes en transition.

En tout cas, la vie sera très différente, et je pense qu’en favorisant la créativité, l’autonomie et la confiance en soi chez les adultes de demain, ils auront plus de chances de s’adapter et de vivre une vie heureuse.

Si l’on en croit Sir Ken Robinson dans son célèbre discours sur « comment l’école tue la créativité », l’école telle que nous la connaissons a été créée dans le but de former des travailleurs capables de s’adapter à une société industrielle. On leur apprend à obéir, à retenir par cœur, à travailler selon un modèle pré-défini… C’était certainement utile au vingtième siècle et l’éducation obligatoire pour tous a été un énorme progrès pour la société. Mais ces méthodes ont-elles encore du sens aujourd’hui ?

On peut choisir de parier sur le fait que l’éducation traditionnelle continuera à ouvrir des portes à nos enfants à l’avenir. Malheureusement, on observe déjà qu’un « bon diplôme » est de moins en moins synonyme de réussite et d’épanouissement.

On peut aussi choisir d’essayer d’autres styles d’écoles et de pédagogies. Il est pour moi très révélateur que les pontes de la Silicon Valley envoient leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf. (article en français ici)

Parce qu’on n’a pas vraiment le choix

Depuis que je m’intéresse à l’éducation, j’ai découvert des pédagogies qui répondraient à tous mes critères : une grande place accordée au jeu libre, à l’art, à l’imagination, le respect du rythme et de la personnalité de l’enfant, l’introduction tardive des sujets académiques.

Je pense notamment aux écoles Steiner-Waldorf, aux écoles Sudbury et aux « jardins d’enfants dans la forêt ».

Je précise pour mes lecteurs qui ne vivent pas ici que l’école est payante pour les expatriés aux Émirats. Les écoles où vont les Occidentaux peuvent coûter de 4500 euros à 15 000 euros l’année, environ (plus le bus, l’uniforme, les livres…). L’employeur de mon mari couvre une partie des frais, et nous serions prêts à payer pour que notre fils puisse fréquenter une école s’inspirant d’une pédagogie qui nous convienne. Mais ça n’existe pas ici.

Donc, pour cette année, pas d’école pour N. Au programme : tours de Duplos, playgroup, livres, parc, plage et autres sorties natures. Je reviendrai sûrement vous tenir au courant !

Et chez vous, vous faites comment ?

 

Spaghettis à la carbonara aux aubergines fumées

Alors, si vous êtes Italien(ne), ou que vous comptez au moins un « Nonno » ou une « Nonna » parmi vos ancêtres, ou que vous êtes le fantôme de Jean-Pierre Coffe, je vous arrête tout de suite. Je sais qu’il n’y a pas de crème fraîche dans la vraie recette des pâtes à la carbonara.

Mais ça tombe bien, puisque la recette que je partage ce lundi ne contient pas de crème fraîche !

Ni d’œufs d’ailleurs.

Ni de porc, bien sûr.

Ni de fromage, en fait.

Bref. Il y a des pâtes. Donc je ne sais pas si j’ai le droit d’appeler cette recette « Spaghetti à la carbonara », mais si les ingrédients n’y sont pas, la sensation y est. La sauce est crémeuse, goûteuse et les aubergines caramélisées au four ajoutent une texture intéressante et ont un goût fumé qui rappelle les lardons.

Alors, comment obtient-on une sauce crémeuse sans utiliser de produits laitiers, et comment donne-t-on un goût fumé aux aubergines sans faire de feu de camp dans sa cuisine ? Grâce à deux ingrédients magiques et polyvalents, le tofu soyeux et le paprika fumé. Je vous avais déjà parlé du tofu soyeux pour remplacer les œufs brouillés dans un plat de riz sauté, le voici maintenant transformé en sauce (et si vous saviez… tout ce qu’on peut encore faire avec, vous n’avez encore rien vu !). Quant au paprika fumé, on le trouve chez Waitrose. C’est bien simple, je dois me retenir pour ne pas en mettre dans tous mes plats  ! Attention de vérifier qu’il s’agit de paprika doux, par contre. J’ai aussi du paprika fort et je m’en sers bien sûr, mais plus parcimonieusement !

IMG_0751

Pour remplacer le fromage, j’utilise un mélange de levure maltée et d’amandes en poudre. J’ai un amour immodéré pour la levure maltée, j’en mets dans les soupes, dans les sauces, dans les salades, dans les quiches… Allez j’avoue, j’ai dû un jour aller jusqu’à Dubaï parce qu’Abu Dhabi était en rupture de stock de levure maltée. Pas très écolo ça ! Maintenant j’ai compris la leçon et j’achète deux paquets à la fois !

IMG_1139

C’est une recette tirée à la base du livre de Chloe Coscarelli « Chloe’s Vegan Italian Kitchen », un peu adaptée à ma sauce. J’ai par exemple remplacé les shiitakés par des aubergines, plus locales et surtout moins lourdes pour le portefeuille ! Je vous conseille vraiment ce livre, soit dit en passant. C’est l’un de ceux que je ressort souvent quand j’ai besoin d’inspiration, car il est plein de recettes simples et originales. Son autre livre a été traduit en français (il est sur ma liste de bouquins à acheter la prochaine fois que j’irai en Europe) et j’espère que celui-ci suivra.

En général, quand je cuisine pour le soir, je prévois un peu plus pour que l’Homme puisse emporter les restes au travail le lendemain. Mais avec cette recette, même si j’en fais plus, il n’y a pas de restes !

IMG_1133

Ingrédients pour 4 personnes

250 grammes de spaghettis

2 petites aubergines, ou une grosse, détaillée en « lardons »

1 paquet de tofu soyeux

2 oignons hachés

2 gousses d’ail hachées

50 grammes de levure maltée

50 grammes d’amandes en poudre

3 c. à s. de paprika fumé

Huile d’olive

1 c. à s. de vinaigre de cidre

Sel et poivre

Préparation

Étaler les lardons d’aubergines dans un plat allant au four. Napper d’huile d’olive, ajouter le vinaigre de cidre, saler, poivrer et saupoudrer du paprika fumé. Bien mélanger pour que les aubergines soient imprégnées de marinade fumée, et enfourner à 250 degrés, pour 30 minutes. Mélanger toutes les cinq minutes avec une spatule, jusqu’à ce que les aubergines soient tendres et légèrement caramélisées.

Pendant que les aubergines cuisent, faire revenir les oignons et l’ail dans l’huile d’olive, à feu vif, jusqu’à ce qu’ils soient brunis mais pas brûlés. Dans un blender ou avec un mixeur-plongeur, ajouter le tofu, les amandes et la levure maltée. Mixer jusqu’à l’obtention d’une sauce lisse. Saler, poivrer et réchauffer la sauce.

Quand les aubergines sont cuites, les ajouter à la sauce, couvrir et éteindre le feu.

Cuire les pâtes selon les instructions de l’emballage. Égoutter et ajouter la sauce.

Si vous goûtez, vous m’en direz des nouvelles !

 

 

 

 

 

 

Omelette espagnole… sans œufs !

Bonjour cher lecteurs et lectrices !

Je n’oublie pas que j’ai promis de partager mes recettes familiales tous les lundis, ou presque… Aujourd’hui, je vous propose une recette qui demande un peu de préparation, mais qui est idéale pour emporter à un pique-nique car elle est délicieuse chaude ou froide.

Même si elle prend un peu plus de temps que mes recettes habituelles, je la cuisine régulièrement pour faire plaisir à mon homme. Celui-ci, dans sa folle jeunesse, a fait un séjour Erasmus en Espagne. Outre nombreuses histoires de soirées débridées (mon Erasmus en Allemagne n’était pas triste non plus, mais mes amis ne m’ont quand même jamais retrouvée endormie debout dans un buisson), il lui en est resté un espagnol paraît-il assez bon, et le goût du rioja  et de la tortilla de patatas. Du temps où on mangeait encore des plats préparés industriels, on en achetait assez souvent.

J’ai aussi essayé d’en faire à la maison, mais c’était à chaque fois un raté. Soit les pommes de terre n’étaient pas assez cuites, soit je n’arrivais pas à détacher le fond de l’omelette, soit elle se délitait lamentablement quand j’essayais de la retourner. C’était avant de commencer à m’intéresser aux recettes sans produits animaux, et de tomber sur cette recette du site Simple Vegan. La voici, un peu adaptée à ma façon après quelques essais.

 

IMG_1063[1]

Le secret pour faire une omelette qui se tient ? Précuire les rondelles de pommes de terre et les oignons dans un fond d’eau, et utiliser de la farine de pois chiche pour remplacer les œufs. La farine de pois chiche se trouve très facilement à Abu Dhabi sous le nom de « gram flour » ou « besan » (regarder au rayon des légumineuses).

Ingrédients pour 6 personnes

4 pommes de terres moyennes, coupées en rondelles de 3 mm

1 oignon émincé

1 gousse d’ail pressée

1 petite tasse de farine de pois chiche

2 petites tasses d’eau

2 c. à s. d’huile d’olive

sel et poivre

Préparation

Faire cuire l’ail, les oignons et les pommes de terre à feu moyen dans une sauteuse couverte avec l’huile d’olive et la première tasse d’eau, jusqu’à ce que les pommes de terre soient cuites mais restent assez ferme.

Égoutter les oignons et pommes de terre. Dans un grand bol, battre au fouet la farine de pois chiche et la deuxième tasse d’eau jusqu’à obtenir une consistance crémeuse. C’est le moment de saler et poivrer. Mélanger avec les oignons et pommes de terre, et verser dans un moule à gâteau huilé en silicone (la recette originale utilise une poêle sur la cuisinière, mais je trouve que le four donne un meilleur résultat).

Cuire à 180 degrés pendant 20 minutes, jusqu’à ce que le dessus soit « pris » et légèrement doré.

 

Où trouver des produits végétariens à Abu Dhabi ?

 

Étant donné qu’une grande partie de la population vient du sous-continent indien, on trouve une gamme assez incroyable de légumineuses. Sinon, il y a du tofu ferme et du tofu soyeux dans presque tous les hypermarchés, avec différentes qualités selon les magasins. Lulu et Waitrose ont en général du tofu bio (*organic*ou au moins garanti sans OGM (*GMO -free*). Comme le soja OGM est conçu pour résister à des arrosages réguliers d’herbicide, j’aime autant ne pas en acheter. Lulu et Waitrose sont en général bien achalandés en produits végétariens : ils ont aussi divers produits à base de Quorn dans leur rayon surgelés (on aime bien les boulettes suédoises, les burgers et les saucisses Cumberland, ce sont des produits transformés mais de temps en temps, ça dépanne), des saucisses de Francfort végétaliennes, et de temps en temps, du seitan. Bien sûr, vu qu’on dépend des importations, il arrive qu’on achète toutes les semaines un produit qu’on adore, et puis il disparaît des étals pendant des semaines, voire à tout jamais.

Donc chez nous, on jongle avec les légumineuses, le tofu ferme et le tofu soyeux, et le reste quand on en trouve. J’espère que vous verrez, au fil des recettes, qu’on peut manger très varié avec des produits de base simples.

***

Petite parenthèse.

Cet article a failli s’intituler « où ne pas trouver de produits végétariens à Abu Dhabi ». La réponse ? Dans un magasin bio.

On pourrait espérer trouver une grande variété de produits de base végétariens dans LE magasin bio d’Abu Dhabi, comme c’est généralement le cas dans les magasins bio en Europe. Eh bien, malheureusement, non. Il y a du tofu fumé de façon aléatoire, mais je n’y ai jamais vu de tofu ferme, de tofu soyeux, ni de seitan nature. Je n’y trouve que quelques produits déjà cuisinés sous vide. Soit ils n’ont pas vraiment de végétariens dans leur clientèle, soit je ne viens pas assez souvent et il y a un(e) végétarien(ne) qui passe avant moi et fait une razzia de produits de base.

J’ai des sentiments assez mitigés, en général, par rapport à cette chaîne de magasins bio (j’ai été à celui de Nation Towers, celui de Masdar et celui de Dubai). J’avais le grand espoir de pouvoir enfin faire toutes mes courses dans le même endroit quand celui d’Abu Dhabi a ouvert l’année passée. Après quelques visites j’ai cessé de venir régulièrement.

Il faut dire que j’ai été un peu traumatisée après avoir été prise à partie par une cliente qui trouvait que notre fils faisait trop de bruit (il n’avait pas deux ans, il avait mal dormi car une grosse dent sortait, et il poussait des cris aigus pour nous inciter à rentrer à la maison). On a tellement l’habitude de l’atmosphère familiale d’Abu Dhabi qu’on ne s’attend pas à se faire agresser quand un enfant fait du bruit, et surtout pas dans ce genre de magasin. Comme quoi, les personnes qui vont dans les magasins bio ne sont pas toutes des hippies peace and love qui sont adeptes de la méditation, de la tolérance – ni même de la simple politesse.

Bien sûr, cette mésaventure n’aurait pas suffit à me détourner de ce magasin, mais j’en ressort à chaque fois avec un sentiment de malaise. Trop d’emballages plastiques (le pain, les céréales, les fruits secs, les légumineuses). Trop de produits transformés. Des fruits et légumes importés et faisant grise mine, en été ça se comprend. Mais la semaine passée, il n’y avait pas un fruit ou un légume qui venait de la région, alors qu’il pousse encore de très bonnes choses dans les fermes bio émiriennes. Et les prix ! Bon ça fait longtemps que nous avons décidé de ne pas économiser pour la nourriture pour toujours acheter la meilleure qualité possible. Mais c’est la première fois de ma vie que j’ai été reposer discrètement un légume après l’avoir fait peser et étiqueter. Un chou-fleur. 58 dirhams (13,80 EUR). Juste pas possible.

Bref, je fais toujours mes courses à 2 ou trois endroits différents le weekend. Et ça me fatigue.

Fin de la parenthèse.

***

Recette : Riz sauté aux légumes et tofu soyeux

 

Comme promis la semaine passée, je vous propose ce lundi une recette végétalienne simple et qu’on fait souvent chez nous, car elle plaît à toute la famille. Le tofu soyeux donne une texture plus moelleuse au riz, comme le ferait un œuf. On peut la faire avec n’importe quels légumes, tant qu’ils sont coupés en dés pour pouvoir cuire rapidement.

IMG_20160328_191512

Promis, juré, la prochaine fois j’essaie de faire des photos un peu plus jolies. Mais c’est bon !

Ingrédients pour 4 personnes

250 gr de riz basmati complet

2 épis de maïs frais, égrenés (j’utilise des petits pois surgelés si je n’ai pas de maïs)

les fleurets d’un brocoli (ou du chou kale émincé)

2 poivrons coupés en dés (ou concombres, ou carottes)

1 bloc de tofu soyeux, égoutté (je vous conseille celui de la marque Clearspring, rayon produits japonais chez Waitrose et parfois Lulu)

huile de coco

2 cm de gingembre frais, pelé et haché fin

3 gousses d’ail, pressées ou hachées

2 oignons émincés

1 cuillère à soupe de curcuma en poudre

sauce soja, au goût

sauce aux piments, au goût

sel, poivre

Préparation : 30 minutes + 30 minutes de trempage (facultatif)

Rincer le riz dans une passoire et si possible, le faire tremper 30 minutes. Cuire le riz selon les instructions de l’emballage, égoutter et laisser reposer.

Verser quelques cuillères d’huile de coco dans un wok ou une sauteuse, faire revenir le gingembre, l’ail et les oignons jusqu’à ce que ces derniers soient transparents.

Ajouter les autres légumes et les faire revenir quelques minutes (ils doivent rester un peu croquants).

Ajouter le tofu et le curcuma, brouiller le tofu à l’aide d’une spatule et le faire revenir 5 minutes.

Ajouter le riz, 2 cuillères supplémentaires d’huile de coco, et cuire à feu vif en remuant sans cesse pendant 2 minutes.

Ajouter la sauce soja, sel et poivre, et servir avec de la sauce piquante à table.

J’espère que cette recette toute simple vous plaira autant qu’à nous !

 

 

 

 

Comment j’ai revu mes préjugés sur la cuisine crue

– Quoi, tu es encore sur l’ordinateur ?

– Mais chéri, je cherche une recette pour le repas du soir !

– Depuis deux heures ?

Chez vous aussi, ça sent le vécu ?

Si, comme moi, vous aimez perdre votre temps vous inspirer sur Pinterest , vous avez sans doute vu passer des images de recettes « crues ». Spaghettis de courgettes, brownies ou tartes sans cuisson et autres graines germées… Quelle idée !

Mais pourquoi pourrait-on bien vouloir manger cru ?

Je dois dire qu’au début, j’ai classé la cuisine crue dans la catégorie « lubie alimentaire venue d’outre-Atlantique », comme la mode des super-aliments, la cuisine paléo ou le café au beurre. Je me suis dit que cela devait être l’un de ces régimes inventé par des actrices voulant vendre du rêve et des livres de cuisine, et je n’y ai pas prêté plus d’attention que ça.

J’ai toujours aimé passer du temps en cuisine et j’adore goûter à de nouvelles choses. Je lis des recettes comme on lit des romans, et j’ai beaucoup trop de livres de cuisine (en tout cas au goût de mon cher mari). Malgré tout, je n’étais pas du tout attirée par ces recettes crues.

Pour résumer, je pensais que la cuisine crue, c’était :

Trop léger. Vous savez, réservé aux filles minces qui font du Pilates et qui se nourrissent de salade. Croyez-moi, j’aimerais bien être comme ça, mais je ne pense pas que je tiendrais bien longtemps.

Indigeste. J’ai l’estomac sensible. Par exemple, je ne peux pas boire du thé le matin, je dois attendre plusieurs heures après avoir mangé sinon il repasse directement dans l’autre sens. Alors des jus de légumes verts ? Des soupes crues ? De l’oignon cru ?

Compliqué. Les recettes sur lesquelles j’étais tombée semblaient exiger beaucoup de matériel que je n’avais pas (blender à haute vitesse, spiralizer, germoir à graines, déshydrateur, extracteur du jus, robot culinaire). Et ma cuisine est trop petite pour tout ça !

Et pourtant…

Depuis notre déménagement à Abu Dhabi, nous avons apporté des changements radicaux à notre alimentation. Avant de partir, j’étais déjà très attachée à la qualité de notre nourriture : nous mangions principalement bio, local et de saison. Notre épicerie préférée était plus petite que mon appartement, et j’y trouvais presque tout ce dont j’avais besoin pour la semaine. En arrivant, nous avons dû trouver nos repères. Des magasins immenses, des fruits et légumes bio suremballés, la viande, le fromage et les œufs bio importés de très loin et très chers. Nous avons mis de côté nos habitudes alimentaires pendant un certain temps.

Nous sommes arrivés en plein été et avons passé les deux premiers mois en hôtel-appartement, je n’avais donc pas grand-chose à faire (et en plus je ne connaissais personne). Niall faisait encore deux siestes par jour. Bref, j’avais tout le temps pour traîner sur le Web et regarder des documentaires sur Youtube. Voilà un passe-temps à ne pas adopter à la légère, en tout cas si vous ne cherchez pas à vous dégoûter à tout jamais de la nourriture industrielle.

Ce fut une période intense de découvertes et de réflexion, où j’ai ouvert les yeux sur beaucoup de choses. Dans le domaine de l’alimentation, cette prise de conscience s’est traduite par la décision de ne plus acheter ni viande, ni poisson, et de diminuer notre consommation d’œufs et de produits laitiers. Aujourd’hui, nous mangeons à 95 % végétalien à la maison, ce que je n’aurais jamais imaginé possible il y a encore deux ans. Et pourtant, j’avais une amie végane qui publiait de super recettes, mais je ne voyais pas à l’époque pourquoi changer mes habitudes.

En continuant à regarder des documentaires (on va dire que c’est un peu devenu une addiction), je suis tombée sur ce témoignage de l’actrice Armelle et sur ce documentaire sur Irène Grosjean, une octogénaire qui donnerait presque l’envie de vieillir. Ces femmes qui rayonnent de santé et d’énergie positive attribuent leur forme à leur régime crudivore… Je n’adhère pas à tout ce qu’elles disent dans les documentaires, notamment le côté New Age qui me passe complètement au dessus de la tête. Mais, disons qu’en vivant 24 heures sur 24 avec un gamin de trois ans, j’aurais bien besoin d’une petite dose d’énergie supplémentaire, alors j’ai eu envie d’essayer !

J’ai commencé par des brownies crus, et outre le fait que ça soit délicieux et facile à préparer, ce que j’ai trouvé le plus surprenant, c’est que je pouvais me satisfaire d’une ou deux parts et me sentir rassasiée. Alors que si j’ouvre un paquet de brownies du commerce, eh bien je peux facilement finir le paquet dans la journée.

Ensuite, comme le hasard fait bien les choses, Maryline du blog « From Here to There » a organisé des ateliers sur la cuisine crue. Comme j’hésitais à investir dans du matériel de cuisine, j’étais ravie de pouvoir profiter des conseils d’une spécialiste, et de pouvoir voir (et surtout… goûter) si la cuisine crue, c’était pour moi ou pas.

IMG_0776

Pendant trois heures d’atelier, Maryline nous a parlé tout en cuisinant des bienfaits de l’alimentation crue et de ses ingrédients phares comme les graines germées, les jus, les super aliments, etc. Nous avons eu l’occasion d’essayer pas mal de recettes : jus vert, smoothie à l’ananas, tapenade d’olives Kalamata, ricotta de noix de macadamia, spaghettis de courgettes avec marinade de tomates, lasagnes crues, rouleaux de printemps, glace à la banane et au cacao.

J’ai vraiment eu l’impression de prendre part à un festin, tant les goûts et les textures étaient variés. Et malgré tout ce que j’avais mangé, je ne me sentais pas « lourde » l’après-midi. Mon fils, qui était présent, a goûté à tout et en a redemandé, y compris les graines germées. Il n’est pas difficile en général, mais j’ai trouvé cela de bon augure, car si j’introduis de nouvelles recettes dans notre quotidien, je veux qu’elles plaisent à toute la famille.

Mais voyez plutôt…

Ricotta de noix de macadamia 

IMG_0774

Spaghettis de courgette et leur sauce 

IMG_0783

Lasagne crue 

IMG_0789

Nous sommes repartis avec quelques gourmandises supplémentaires (l’Homme a adoré les spaghettis de courgettes) et un livret pratique d’explications et de recettes.

IMG_0799

Alors, adoptée, la cuisine crue ?

L’atelier a eu lieu il y a deux mois, et m’a réellement motivée à ajouter plus de cru à notre alimentation. Depuis, nous avons acheté un spiralizer et un robot culinaire, et je m’en sert souvent. Je fait des spaghettis de courgette, des pâtisseries crues, des soupes crues et j’ai refait la ricotta de noix de macadamia. Test ultime, je l’ai amenée au playgroup de Niall où elle a été dévorée.

Quand je mange cru, je mange moins, ce qui est une bonne chose pour moi. Je me sens plus vite rassasiée et j’ai l’impression que la nourriture crue me donne plus d’énergie. Je ne pense pas passer au 100 % cru un jour, mais je vais certainement continuer à explorer cette alimentation.

La recette du jour : spaghettis de courgettes et sauce crue à la tomate

IMG_1037

C’est la recette super facile et rapide qui plaît à tout le monde à la maison. Les spaghettis de courgette ont un goût assez neutre et une texture proche des spaghettis al dente.

 

Ingrédients pour 4 personnes :

500 gr de courgettes

3 tomates fraîches

1 poivron rouge

2 dattes dénoyautées

1 petite gousse d’ail

2 c.à s. d’huile d’olive

quelques feuilles de basilic

sel, poivre

Préparation (15 minutes) :

Passer les courgettes dans le spiralizer.

Mettre les autres ingrédients dans le robot culinaire et mixer jusqu’à l’obtention d’une sauce.

Et c’est prêt !

 

 

 

 

Porter le futur

 

Parmi les nombreuses belles rencontres que j’ai eu la chance de faire à Abu Dhabi, il y a Nicole.

Nicole est la maman de deux garçons de cinq et trois ans qui participent au même playgroup que Niall. Elle me fait souvent rire aux larmes avec ses histoires et ses remarques. Elle est toujours enthousiaste et pleine d’énergie pour organiser des sorties avec nos enfants.

Comme moi, elle trouve insupportable la situation des réfugiés qui cherchent à rejoindre l’Europe, mais on a eu une façon (très) différente de réagir. Les informations me perturbaient tellement que j’ai cessé de regarder les vidéos, photos ou articles, me sentant complètement impuissante. Nicole, elle, est du genre à mettre les mains dans le cambouis ! En janvier, elle a temporairement quitté homme et enfants pour aller sur le terrain, en Grèce, à l’aide des réfugiés.

Dans cet article elle nous raconte son expérience, et explique comment nous pouvons agir nous aussi.

DSC_0169 (1)

Comment as-tu pris la décision de quitter ta famille pour aller en Grèce ? Avais-tu déjà participé à des actions humanitaires ?

Mon mari m’a beaucoup soutenue dans mon souhait de travailler avec CTF (Carry the Future). En fait, il a accepté immédiatement, ce qui ne lui ressemble pas du tout. Je lui ai demandé pourquoi il acceptait aussi facilement que je m’engage à partir on ne sait où pour on ne sait combien de temps. Il m’a répondu que depuis plusieurs mois, je ne faisais que parler, lire et faire des recherches sur la crise des réfugiés. Il me connaissait assez pour savoir que je devais faire quelque chose. Il fallait que j’agisse physiquement, d’une façon ou d’une autre.

J’avais eu de petites expériences d’action humanitaire auparavant, mais rien ne m’avait amenée aussi près de la guerre et des personnes touchées par elle. Il y a une dizaine d’années, j’ai fait plusieurs voyages de volontariat aux États-Unis, ainsi que des missions dans deux pays étrangers. Mon expérience m’avait un petit peu préparée à l’épuisement que j’allais ressentir, et aussi au fait que j’allais voir des choses qui allaient me surprendre et m’attrister.

Pourquoi as-tu choisi cette organisation en particulier, et comment ton expérience s’est-elle déroulée sur le plan pratique ?

Il y a beaucoup d’excellentes organisations actives sur le terrain à l’instant même. Je me suis intéressée à CTF parce que c’est une maman qui a fondé l’organisation, et que cette dernière aide des bébés, des jeunes enfants et des familles. Quand j’ai le choix, j’essaie de concentrer mes efforts et mes dons pour soutenir les familles. CTF correspondait à tout ce que je recherchais.

Mi-décembre 2015, CTF a fait un appel à candidatures sur sa page Facebook. L’organisation cherchait des personnes qui voulaient distribuer bénévolement des porte-bébé en Grèce et ailleurs. J’ai complété un formulaire Google Doc depuis mon ordinateur. Deux semaines après, j’ai été invitée à rejoindre la troisième équipe de CTF, qui partait à Athènes mi-janvier. Presque toutes les communications de notre équipe se sont faites au sein d’un groupe Facebook sécurisé. Cela nous a permis de discuter des questions de logistique du voyage, des dépenses, des attentes etc. Je faisais partie d’une équipe de neuf femmes qui a travaillé à Athènes pendant dix jours.

Qu’as-tu apporté en Grèce ?

On demande aux bénévoles qui s’occupent de la distribution pour CTF de ne prendre qu’un bagage de cabine et d’utiliser leur forfait de bagages en soute pour transporter des sacs remplis de porte-bébés et d’autres objets utiles. Notre équipe a amené plus de 20 sacs de porte-bébés à Athènes. Beaucoup d’entre-nous avaient aussi apporté des petits jouets de poche pour les enfants, des tétines et de la nourriture non-périssable (comme des noix et des barres de céréales), que nous avons distribué aux familles rencontrées.

Parle-nous des premiers réfugiés que tu as rencontré à ton arrivée. Quel était leur état d’esprit, et le tien ?

La première famille que j’ai rencontrée… Je ne l’oublierai jamais. Au milieu du chaos du débarquement du ferry, j’ai salué une maman. Elle avait trois jeunes enfants. Son mari était parti en avant, il courait pour suivre le groupe et leur réserver des places dans un bus à destination de la Macédoine. Elle voulait un porte-bébé pour son plus jeune, mais elle avait du mal à suivre le groupe, et ses deux autres jeunes enfants refusaient de marcher plus loin. Je lui ai dit « Yalla » (« Allons-y » en arabe), j’ai pris le plus jeune des enfants dans mes bras et j’ai donné mes sacs à ma partenaire de l’équipe. D’abord, la maman m’a regardée avec inquiétude et méfiance. J’ai fait comme n’importe quelle quelle maman : je l’ai regardée dans les yeux, j’ai souri et j’ai regardé en direction du bus. « Tout va bien. Je vais vous aider. Je suis une maman ». J’ai attendu qu’elle réponde, tout en priant silencieusement qu’elle comprendrait que j’étais là pour l’aider, et non pour profiter d’elle, comme tant d’autres l’avaient fait jusqu’ici. Elle a attrapé la main du plus âgé des enfants et nous sommes parties en direction du bus.

Nous avons couru pendant cinq minutes pour rattraper le groupe: la maman, le bébé, les deux bambins, et nous deux, les mamans américaines. Une fois au bus, quand la famille a été réunie, nous avons équipé la mère et le père d’un porte-bébé et d’un porte-enfant pour les aider pendant la suite de leur voyage.

2016-01-16 08.48.20

Une fois arrivés en Grèce, où vont les réfugiés, et qu’espèrent-ils ?

La plupart des personnes avec lesquelles nous avons parlé en janvier venaient des îles grecques et allaient en Allemagne. À la différence de la Turquie ou des autres pays sur leur route, l’Allemagne offrait des visas de travail aux réfugiés. Ils espéraient pouvoir travailler pour subvenir aux besoins de leur famille, et remettre leurs enfants à l’école.

Notre équipe les rencontrait au port des ferrys, au débarquement du bateau. La plupart des réfugiés syriens, afghans et irakiens se rendaient immédiatement à un bus à cinq minutes du bateau. Ces bus allaient en Macédoine. À ce moment-là, passer par la Macédoine était la meilleure façon d’aller en Europe (de l’Ouest n.d.l.t.).

Comment la population grecque réagit-elle à l’arrivée des réfugiés, étant donné qu’elle subit elle-même une crise économique très dure ?

J’ai plein d’histoires de Grecs qui font du bénévolat depuis des années pour aider les réfugiés. En raison de sa géographie, la Grèce accueille des réfugiés depuis longtemps. Nous avons rencontré tellement de Grecs qui consacrent le plus clair de leur temps libre à aider les réfugiés bénévolement. Mais il semble que beaucoup d’autres personnes commencent à en avoir assez de l’afflux constant de réfugiés, et des besoins qui semblent ne jamais se tarir. Un chauffeur de taxi nous a dit qu’au lieu d’aider les réfugiés, nous ferions mieux d’aller arrêter la guerre. Bien qu’il ait raison, je sais que je ne peux pas arrêter la guerre. Mais je peux aider une maman. Un papa. Un enfant.

Selon certaines rumeurs, la plupart des réfugiés sont des jeunes hommes. Que peux-tu nous dire à ce sujet ?

Cette rumeur me met hors de moi parce que non seulement elle est fausse, mais en outre, elle nuit aux femmes et aux enfants qui sont en route. En janvier et février, plus de cent mille réfugiés ont fait le voyage entre la Turquie et la Grèce. La moitié d’entre eux sont des enfants. La moitié. Cinquante mille. C’est ce que j’ai vu au port d’Athènes. Beaucoup de familles étaient en route pour retrouver un membre de la famille (souvent le père) qui avait déjà fait le voyage et leur avait demandé de le rejoindre. Les hommes que j’ai rencontré étaient tellement gentils, patients et serviables. Ils faisaient la traduction pour tous ceux qu’ils pouvaient aider autour d’eux. Ils attendaient patiemment qu’on les aide. Ils accordaient beaucoup d’attention aux enfants. Un grand-père a même plaisanté, nous disant qu’il était encore assez jeune et fort pour porter un enfant, et de lui donner le porte-bébé. Enfin, même si la plupart des réfugiés étaient des jeunes hommes, je dirais « Et alors ? », les hommes n’ont-ils pas le droit d’être aidés, de travailler, ou d’échapper à la guerre ?

Maintenant que tu es rentrée depuis quelques semaines, est-ce que tu penses encore à ton expérience ? Qu’est-ce qui t’a marquée ?

J’avais tellement de questions en tête quand je suis rentrée à la maison. Pourquoi ces personnes ne restent-elles pas en Turquie ? Combien paient-elles les trafiquants pour embarquer dans les canots pneumatiques ? Où passent-elles la frontière entre la Syrie et la Turquie ? Serait-il possible d’apporter une aide comme la nôtre au Liban, en Turquie, ou en Jordanie ?… Et tellement d’autres questions. C’est devenu une petite obsession. Mais je pense que c’est ainsi que cela doit être. Une fois qu’on se rend compte que des êtres humains sont dans le besoin, vraiment dans le besoin, on ne peut plus détourner les yeux. On doit réagir, et trouver de meilleures façons d’aider, et faire passer le message, et continuer à faire ce qu’on est capable de faire. J’ai fait des recherches sur beaucoup de façons d’agir, et pour le moment, mon choix s’est porté sur CTF. Étant donné que j’habite aux Émirats, je ne suis qu’à quelques heures d’avion d’Athènes et je peux distribuer des porte-bébés. Voilà une chose que je peux faire.

Je n’oublierai jamais un homme avec qui j’ai discuté environ cinq jours après mon arrivée. Je pensait à ce moment-là que j’avais vu tout ce qu’il était possible de voir, mais j’avais tort. Un jeune homme est venu près de moi et m’a demandé où il était. Je lui ai dit : « Mon ami, bienvenue à Athènes ». Il ne m’a pas crue et m’a posé la question à nouveau. Je lui ai répondu la même chose. Il a montré le sol du doigt et a demandé où il était. Je lui ai dit « Félicitations, mon ami, tu y es. Tu es en Grèce ». Il avait les larmes aux yeux. Il est resté là, me fixant du regard en ne pouvant pas croire qu’il se trouvait sur le continent européen. Nous avons discuté quelques minutes de plus dans un mélange d’arabe et d’anglais, car il voulait s’assurer qu’il était enfin dans un pays où il était en sécurité.

IMG_1516

Tu repars en avril. Comment pouvons-nous t’aider ?

Si vous voulez m’aider directement, vous pouvez vous faire un don sur le site www.carrythefuture.org. La distribution d’un porte-bébé, du lieu de collecte à une famille, coûte environ 5 dollars.

De façon plus générale, pour répondre à la crise des réfugiés, il faut des bénévoles, des dons, et que vous disiez à vos gouvernements de laisser entrer ces personnes. Mais je voudrais insister sur le fait que les gens doivent faire ce qui leur convient. Vous avez l’habitude de faire des dons d’argent ? Faites-le ! Il faut de l’argent pour aider les réfugiés. Vous aimez récolter des dons en nature ? Faites-le ! Vous priez ? Allez-y ? Vous faites quelque-chose d’autre d’extraordinaire, que je ne peux pas imaginer ? Faites-le ! Vous n’avez pas besoin d’être parfait dans ce domaine. Vous n’avez pas besoin d’être un expert. Faites juste un pas dans la direction d’aider. J’ai rempli une candidature en ligne… et regardez où cela m’a menée.

À part Carry the Future, pourrais-tu nous recommander d’autres organisations à soutenir, celles que tu as vues sur le terrain ?

Il semble y avoir une organisation active dans presque n’importe que type d’aide que l’on puisse imaginer. Voici une liste de quelques organisations pour lesquelles j’ai du respect (cliquez sur la description pour accéder au lien) :

Soup Port : Distribution de soupes chaudes et des boissons aux réfugiés 

Nurture Project International : Création de tentes « Conseil Mamans et Bébés » dans les camps de réfugiés établis ou temporaires, pour donner des conseils sur l’allaitement et la nutrition des jeunes enfants. L’organisation organise aussi le stockage et la distribution de lait maternel dans de bonnes conditions d’hygiène. 


The Dirty Girls of Lesvos : collecte, nettoyage et redistribution ou recyclage des vêtements des réfugiés à leur arrivée sur l’île de Lesvos.

Samaritin’s Purse : Organisation qui aide les personnes dans le besoin partout dans le monde, et notamment les réfugiés.

Are You Syrious : Organisation qui fournit de l’aide (principalement des abris) aux réfugiés dans les camps.