Mon travail de « Nanny »

Sept heures, je me lève et je prépare le petit-déjeuner pour mon sponsor et le Bébé. Quand mon sponsor part travailler, je débarrasse la table, je fais la vaisselle et je nettoie la cuisine. Ensuite, j’habille le Bébé et je fais une petite activité avec lui. À presque deux ans, il aime beaucoup les livres et les chansons. L’activité « Pots et Casseroles » rencontre elle aussi un succès certain. Comment, vous ne connaissez-pas cette activité ? Elle est très simple :

UN BÉBÉ + UN PLACARD À CASSEROLES = Des heures d’amusement !

ipp

Neuf heures, je commence les tâches ménagères. Avec un enfant et un chat qui perd ses poils, il faut nettoyer souvent ! J’ai un planning hebdomadaire avec les objectifs à atteindre ; repassage, nettoyage, rangement, préparation des repas… En tout, j’y consacre deux à trois heures par jour.

Onze heures, l’heure d’une autre activité avec le Bébé. On sort la poussette pour se promener jusqu’à une plaine de jeu, on dessine, on fait de la pâte à modeler (il sait faire des « ballons » et des « serpents »). Parfois, je ne suis pas inspirée et on descend tout simplement jouer dans le jardin. Pas besoin de beaucoup de jouets avec lui, il trouve toujours quelque chose à faire s’il y a de la terre à creuser, transvaser, jeter dans le vent … et si par bonheur les jardiniers ont laissé une flaque dans laquelle se rouler et faire de la boue, alors là c’est l’extase !

ipp

Entre midi et une heure, on mange, et puis c’est l’heure de la sieste. J’ai l’impression de n’avoir pas fait grand chose, et pourtant il m’arrive de me mettre au lit moi aussi, tellement le Bébé m’a pris d’énergie ! Sinon, je profite de ce moment de calme pour avancer dans le repassage ou dans la préparation du repas du soir.

Entre trois heures et quatre heures, le Bébé se réveille et prend son goûter. Ensuite, il m’apporte ses chaussures et se met à râler si je ne vais pas assez vite. C’est qu’il est l’heure de sortir jouer dehors, pas question de traîner, il veut retrouver ses copains ! Nous descendons donc au jardin rejoindre mes collègues, les autres nannies* de l’immeuble.

Au début, je n’osais pas leur parler, mais le fait de s’occuper d’enfants qui jouent ensemble, ça rapproche ! Pendant qu’on surveille les enfants, on bavarde. Enfin, sauf avec une, qui ne nous parle que quand elle est sûre qu’on ne la voit pas depuis l’immeuble. En effet, ses employeurs lui ont interdit de parler aux autres nannies.

Au fil de nos discussions, j’ai réalisé que j’étais la mieux lotie de toutes. Déjà, avec mes 2000 dirhams (400 EUR) mensuels, je suis de loin la mieux payée. Une de mes collègues ne gagne que 800 dirhams par mois, et elle n’en voit même pas la couleur car ses employeurs versent son salaire directement à sa famille. Elle a demandé à recevoir une partie de son salaire en liquide pour avoir de l’argent de poche. Apparemment, ce n’est pas possible.

Et puis, une fois que le Bébé est couché, je suis libre de faire ce que je veux de mes soirées. D’ailleurs, j’ai commencé à suivre des cours du soir deux fois par semaine. Figurez-vous que je suis la seule à avoir le droit de sortir librement le soir. Une de mes collègues peut sortir si elle demande la permission à ses sponsors et si elle dit où elle va et à quelle heure elle rentre. Les autres ne peuvent pas sortir le soir, point à la ligne.

Enfin, le weekend, je ne travaille pas. Il m’arrive de m’occuper du Bébé pour dépanner mon sponsor, mais pas de cuisine ni de ménage pour moi, il se débrouille – d’ailleurs c’est un excellent cuisinier. Je suis bien tombée tout de même, toutes mes collègues travaillent le weekend ! Elles aimeraient avoir au moins un jour de congé par semaine, et la loi leur donne ce droit, mais elles ont peur d’insister et d’être renvoyées au pays.

En fait, il y a juste une différence entre mes collègues et moi, même si on fait le même boulot. Je viens de Belgique et sur mon visa de résidence, il est écrit « housewife ». Mon sponsor, c’est mon mari. Le Bébé, c’est mon fils.

Elles viennent des Philippines, du Bangladesh et du Cameroun, et sur leur visa, il est écrit « maid ».

* Je ne donne pas le nom de mes collègues nannies. Deux d’entre elles ont des sponsors qui parlent français, et je ne voudrais pas qu’elles aient des problèmes à cause de ce blog.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s