Deux nuits sous la tente

Quand l’Homme m’a parlé pour la première fois de la possibilité de déménager à Abu Dhabi, j’ai paniqué. Nous avions emménagé moins de deux ans auparavant dans une vieille maison à la campagne, j’arrivais enfin à faire pousser des légumes sans que tout ne se fasse dévorer par les limaces, je commençais juste à faire connaissance avec les gens du village, j’étais en train de me lancer comme traductrice indépendante…

Une des premières choses que j’ai pensé, c’est :

« On ne verra pas les premières pommes. »

Hé oui, nous venions de planter deux jeunes pommiers au fond du jardin. Je voyais notre fils grandir dans cette maison, aller en vélo à l’école du village, ramener ses copains pour goûter une tarte préparée avec  les pommes du jardin.

Moi, renoncer à tout cela pour aller m’enfermer dans un appartement ?

J’imaginais les villes du Golfe comme des villes futuristes et froides, plantées au milieu d’un désert parsemé de puits de pétrole. Je vous raconte tout ça pour que vous compreniez qu’Abu Dhabi, au départ ce n’était pas vraiment mon trip, comme disent les jeunes. J’ai fini par me convaincre que cela en valait la peine et je ne le regrette pas. Enfin, pas trop souvent !

Heureusement, il ne faut pas aller trop loin pour trouver du vert.  À l’occasion de la visite de ma sœur, nous avons décidé de voyager un peu. Voici deux bons plans si, comme moi, vous êtes en manque de nature.

Première nuit de camping : Green Mubazzarah, Al Ain

ipp

Cette charmante créature est ma sœur. Elle est célibataire et aime danser la salsa (avis à bon entendeur…).

À visiter :

Al Ain ! J’y suis allée six fois et je ne m’en lasse pas. Si c’était possible, c’est là que j’aimerais vivre aux Émirats… Pour faire court, il y en a pour tous les goûts : il y a un zoo (si vous aimez les zoos), des musées un peu poussiéreux dont un avec une belle expo des photos de Sir Wilfred Thesiger, une montagne plantée au milieu de rien (Jebel Hafeet), des dunes de sable orange, un marché aux chameaux (si vous aimez les chameaux), un poste frontière avec Oman pour ceux qui auraient besoin de renouveler leur visa et bien d’autres endroits que je ne connais pas encore, comme le parc aquatique.

Voici l’endroit que je préfère par dessus tout : l’oasis. Nous ne manquons jamais de nous y arrêter pour une petite balade. C’est calme, c’est vert, on peut y pique-niquer, les oiseaux chantent, avec un peu d’imagination on se croirait presque en forêt.

ipp

ipp

Nous avons planté notre tente dans le parc de Green Mubazzarah, au pied du Jebel Hafeet. Ce parc, comme son nom l’indique, est d’un vert irréel au milieu des pics rocheux et des champs de cailloux. En passant, nous avons vu qu’il comportait des chalets, quelques restaurants, des tables et des endroits pour faire des barbecues. Il y avait aussi des attractions pour enfants et des sources chaudes. Je vous avoue que je ne peux pas vous en dire plus, car nous sommes arrivés un peu tard pour en profiter. Nous tenions absolument à monter la tente avant le coucher du soleil et nous sommes donc directement allés à l’emplacement du camping.

1795543_10153084912638633_8631536346875853281_n

Là, nous nous sommes un peu interrogés. Il n’y avait personne, sauf un jardinier pakistanais occupé à arroser la pelouse. Nous avons admiré les rayons du soleil couchant dans la brume irisée du système d’arrosage automatique en nous demandant si le camping était ouvert. J’ai pris mon courage à deux mains pour aller demander au jardinier où nous pouvions planter notre tente mais ce dernier n’avait pas l’air fort d’accord. J’ai essayé les trois mots d’arabe que je connais mais il m’a répondu qu’il ne parlait qu’ourdou (je crois). Bref, nous avons monté la tente dans un endroit où il n’y avait pas de flaques en espérant que l’on ne vienne pas nous en déloge, tandis qu’il nous regardait d’un air peu amène. Finalement, un garde de sécurité qui parlait anglais est venu nous confirmer que nous pouvions camper là, et le jardinier a fini par se dérider en voyant le petit jouer avec le système d’arrosage.

En nous couchant, nous avons réalisé que Green Mubazzarah est très populaire auprès de la population locale. L’endroit est assez bruyant jusqu’à tard dans la nuit car il y a un passage constant de (grosses) voitures… Pas l’idéal pour endormir un gamin de deux ans surexcité par sa première nuit sous tente ! Malgré tout, c’est gratuit, c’est un bel endroit, et il y a des toilettes à proximité. Bizarrement, les toilettes ne sont pas ouvertes le matin, veillez donc à prendre un pot de chambre vos précautions si vous comptez y camper !

Deuxième nuit : Wadi Damm, Oman

ipp

La vue au réveil.

Le lendemain, nous avons traversé la frontière avec Oman pour aller jusqu’au Wadi Damm, entre Ibri et Nizwa. Nous voulions faire au moins une randonnée pendant notre voyage, et la description de ce wadi dans le livre « Oman Off-Road » nous avait donné vraiment envie d’y aller ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous n’avons pas été déçus…

La randonnée n’était pas aussi simple que nous le pensions, et nous nous sommes perdus plusieurs fois avant de trouver les piscines naturelles. Il faut prévoir de bonnes chaussures car il faut parfois escalader de gros cailloux. J’étais ravie de pouvoir porter mon fils avec mon porte-bébé Manduca, il n’aurait pas pu nous suivre autrement !

Mais quel paysage !

ipp

ipp

Désolée, mesdames, le cœur de cet Adonis n’est plus à prendre !

2015-02-12 17.51.44

Ensuite, nous avons planté la tente à l’entrée du wadi et nous nous sommes vite endormis en regardant les étoiles. Magique.

C’était notre première nuit de camping sauvage, et j’espère que c’est le début d’une longue série. Et vous, vous aimez camper ? Quels sont vos endroits préférés ?

Publicités

2 réflexions sur “Deux nuits sous la tente

  1. Merci pour le bon plan du wadi damm, je le note pour une futur expédition.
    Nous avons pu camper à mussandan en Oman sur la plage, où nous avons ou voir des 🐬.
    Beaucoup plus loin nous avons ⛺ près du Wadi beni khalid qui se trouve également dans le « Oman off road », magnifique, et enfin près de la réserve naturelle raz el jinz : où nous avons ou assister à la ponte des tortues de mer.
    Un périple de 10h de route tout de même !

    Mais des souvenirs plein la tête 🙂

    J'aime

    • Merci pour les bons plans ! Nous étions très tentés par Musandam aussi, mais on aurait voulu visiter les fjords et ma sœur a horreur des bateaux. J’espère y aller bientôt si le temps le permet !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s