« Saving the planet, huh, ma’aam ? »

… m’a dit le caissier avec un grand sourire moqueur, quand j’ai sorti mon sac pour emballer mes courses à l’épicerie.

C’est vrai que cela peut paraître dérisoire de vouloir réduire notre production de déchets alors que la majorité des habitants du pays ne s’en soucie pas du tout. Même si les déchets sont triés quand ils arrivent à l’usine, nous en produisons toujours beaucoup trop à mon goût. Voici pourquoi je compte persévérer :

  • D’abord, je l’avoue, pour une raison purement égoïste ! Je me sens impuissante face au gaspillage engendré par notre société de consommation. En essayant de sortir de ce modèle, j’ai l’impression de faire de la résistance. Je suis consciente que ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais cela me fait du bien tout de même.
  • Ensuite, parce que je crois profondément que nos choix ont un effet domino : un changement de notre mode de vie amène souvent d’autres changements. Par exemple, on décide de manger bio, puis on essaie de diminuer la viande, puis on commence à faire ses propres produits de beauté, etc… Et l’effet domino s’étend à notre entourage : j’ai apporté beaucoup de changements à mon mode de vie parce que j’ai été inspirée par d’autres personnes.

Maintenant, parlons plus concrètement de ce que nous avons déjà mis en place dans notre famille pour diminuer notre production de déchets. Je n’ai pas de recette miracle à proposer… Ce sont de petits gestes qui s’inscrivent dans un changement de mode de vie plus global. Le bonus, c’est que vous allez voir que « réduction des déchets » va souvent de pair avec « réduction des dépenses ».

1. On a installé un filtre à eau sur le robinet de la cuisine.

Les premiers mois, nous vivions en hôtel appartement et nous ramenions des bouteilles d’eau de l’épicerie. Nous avions peur de l’eau du robinet. En rendant visite à une amie qui vit ici depuis plusieurs années, j’ai remarqué qu’elle avait un filtre sur son robinet. Elle m’a dit que les composés des bouteilles en plastique pouvaient migrer dans l’eau si elles étaient stockées au soleil ou soumises à des températures élevées. Elle préférait donc boire de l’eau filtrée.

D’après la presse locale, l’eau du robinet est potable pour autant que les réservoirs d’eau des immeubles individuels soient dans un état correct. Comme on ne peut pas savoir si c’est le cas, je préfère la filtrer. Jusqu’ici, ce système nous convient, personne n’a été malade et les poubelles ont bien diminué !

Ci-dessous, notre filtre (disponible chez Carrefour) et une cartouche avant et après usage.

 

2. On achète nos fruits et légumes en vrac.

Chez nous, on mange bio et principalement végétalien. Autant dire que les fruits et légumes représentent l’essentiel de nos courses hebdomadaires. On trouve de plus en plus de fruits et légumes bio dans les supermarchés locaux, mais ils sont vraiment sur-emballés par rapport à leurs congénères « conventionnels ».

Par exemple, voici tous les emballages après avoir rempli notre frigo chez Lulu :

Heureusement, des alternatives se mettent en place.

Pendant tout un temps, nous nous fournissions chez Ripe Middle East. On peut commander en ligne et ils livrent à plusieurs points d’enlèvement à Abu Dhabi, dans des caisses en carton que l’on peut rapporter après usage. Il y a aussi les « Ripe Market » le samedi matin à Saadiyat et le samedi après-midi à Mushrif Park. J’ai toujours été satisfaite de la fraîcheur et du goût. Nous avons interrompu nos commandes car mon homme a changé de lieu de travail et se trouve désormais trop loin du point d’enlèvement.

Ci-dessous, les fruits et légumes de chez Ripe.

Depuis, nous allons au « Mawasim Organic Market », vendredi à partir de 14 heures à WTC mall ou samedi à partir de 11 heures à Boutik mall (Reem Island). Ils ont moins de choix mais sont beaucoup moins chers que Ripe. Ils vendent principalement des produits locaux servis dans des sacs en papier que l’on peut réutiliser.

*****Messieurs, fermez les yeux et passez au paragraphe suivant, merci.*****

3. J’utilise une coupe menstruelle (je vous avais prévenu hein !)

C’est vrai qu’il faut un certain temps d’adaptation pour trouver la bonne technique , et qu’il faut être à l’aise avec son corps. Mais pour rien au monde je ne reviendrais aux serviettes et tampons, la coupe est tellement plus confortable et pratique ! J’ai calculé que la coupe m’a fait économiser 300 euros depuis 2007… et point de vue production de déchets, il n’y a pas photo.

Pour en savoir plus sur la coupe, voici une émission de 30 minutes très complète de la télévision suisse. J’ai vu des coupes au magasin Organic Foods and Café à Nation Towers.

4. On privilégie « le lavable »

De ses 2 mois à ses 2 ans, notre fils a porté des couches lavables. Je ne vais pas vous refaire toute la liste des avantages et inconvénients des couches lavables, car d’autres l’ont très bien fait avant moi.

Je vais être tout à fait honnête, s’il a été quasi exclusivement en lavables quand on vivait en Belgique, ma motivation s’est un peu émoussée depuis notre déménagement. En général, c’était couches lavables à la maison et jetables en sortie. Maintenant qu’il a enfin compris à quoi servait le pot (il a été convaincu pendant longtemps que c’était un chapeau), j’espère pouvoir être bientôt débarrassée des couches tout court. Là aussi, on a diminué nos déchets et surtout fait beaucoup d’économies !

Je vous conseille le magasin en ligne Eggs and Soldiers. Ils livrent à Abu Dhabi et Sofi, la charmante propriétaire,  est une mine d’or de conseils.

De même, nous n’utilisons les lingettes pour bébé qu’à l’extérieur de la maison. Sinon, c’est gant de toilette, eau et savon d’Alep. On pourrait penser que c’est moins hygiénique, mais c’était la méthode recommandée à la maternité, et puis la plupart des lingettes ne sont pas terribles pour la santé. D’ailleurs, la seule irritation vraiment sérieuse à laquelle nous ayons dû faire face a eu lieu pendant une période d’utilisation prolongée de lingettes…

Nous avons aussi des serviettes de table en tissu, on a beaucoup de torchons que j’utilise aussi pour nettoyer les surfaces et les fenêtres, et je cherche désespérément des mouchoirs en tissu.

5. On achète le moins transformé possible

Pour le ménage, on fait presque tout avec du vinaigre blanc, du savon liquide, du bicarbonate de soude et des huiles essentielles. Je cherche encore une recette testée et approuvée de produit pour lave-vaisselle, si vous avez ça dans vos tiroirs.

Dans la salle de bain, j’en avais déjà parlé ici, c’est savon, bicarbonate de soude, shampoing solide et huile végétale, en tout cas pour le petit et pour moi. Oserais-je l’écrire ? L’homme a plus de produits cosmétiques que moi… Je crois qu’il est un peu coquet !

Dans la cuisine, nous avons principalement des produits de base, peu transformés et donc peu emballés : fruits, légumes, fruits secs, noix, riz, pâtes et céréales, pain, légumineuses.

C’est clair que nous pouvons nous permettre de vivre comme ça parce que j’ai le temps de cuisiner, de fabriquer mes produits ménagers et de réfléchir à tout ça ! Cela dit, je pense que je pourrais aller plus loin, et cela fera l’objet d’un prochain article. Après, j’arrête et je retourne à des sujets plus glamour, promis (qui aurait cru qu’il y aurait tant de choses à dire sur les déchets à Abu Dhabi ? Quel sujet passionnant vraiment !).

Avez-vous des idées pour m’aider à réduire mes déchets ?

 

Publicités

2 réflexions sur “« Saving the planet, huh, ma’aam ? »

  1. Bien ! C’est déjà énorme… À côté, je suis une grande productrice de déchets 😔 J’ai eu la même réflexion avec mes sacs réutilisables à la caisse hi hi… Pour les mouchoirs en tissu, les miens je les ai rapportés de France… Et tu sais quoi ? Ils viennent de chez ma maman… Je ne sais pas où ils en vendent, même en France c’est quasi introuvable… Bises ma belle !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s